Centre National d'Entrainement Commando 1er Choc

Le Centre National d'Entrainement Commando-1er CHOC (CNEC) puise ses origines dans l'épopée du 1er Bataillon Parachutiste de Choc et groupes de commandos (d'Afrique, de Provence, de Cluny, de Paris et de France) qui prirent une part active à la Libération de la France entre 1943 et 1945, notamment en Corse, en Provence et en Alsace.

Le CNEC perpétue le souvenir de ces unités glorieuses et assure la garde de leurs fanions et emblèmes. En mémoire du 1er Bataillon de Choc, sa devise est "En pointe toujours".

Fier de l'héritage et de l'esprit des troupes de choc, le CNEC a désormais pour mission de dispenser des formations qualifiantes, principalement aux cadres et futurs cadres de l'armée de terre, mais également de contribuer à l'aguerrissement des élèves des écoles de formation initiale et des unités des forces terrestres.

Son expertise est reconnue, y compris au-delà de l'institution militaire ou de nos frontières. Il accueille ainsi régulièrement des cadres issus d'armées étrangères, et entretient des liens privilégiés avec des partenaires aussi différents que des administrations (gendarmes, policiers, douaniers, pompiers), des journalistes accrédités "Défense", des équipes sportives, des entreprises ou des universités civiles.

 

Répartie en différents niveaux de difficultés, l'instruction dispensée par le CNEC porte sur l'acquisition ou le développement des techniques commando ; elle combine notamment les savoir-faire propres aux différents types de franchissement, au combat au corps-à-corps, au tir de combat, à l'emploi des explosifs et à la survie en milieu hostile.


Ces activités sont aussi l'occasion pour les stagiaires d'acquérir "l'esprit commando", du nom de ces soldats sélectionnés et entraînés pour exécuter les actions les plus audacieuses, dans les conditions les plus difficiles, le plus souvent sur les arrières ennemis. En effet, sans une forte cohésion au sein du groupe, sans la volonté de chacun de dépasser ses propres limites et de s'adapter à l'imprévu, sans débrouillardise, ni intelligence de situation, toute action est vouée à l'échec.

 

Chaque année, plus de 3 500 stagiaires suivent l'un des stages proposés par le CNEC. Tant à Collioure en bord de mer, qu'à Mont-Louis à plus de 1600 mètres d'altitude, ils viennent bénéficier des conditions idéales mais austères, pour atteindre les objectifs de leur stage.